1970 - 2020

Flash back sur l'histoire du spectacle

« Je ne comprends pas pourquoi pour écouter un concert de pop music, il faut se mettre à 25 000 le plus sale possible et en refusant quatre sous pour entendre des musiciens qui se font payer très cher. Ceci étant dit, je n’ai rien contre la pop music. »

histoiredulive.jpg

Ainsi s’exprime Georges Pompidou, président de la République française, lors d’une conférence de presse en 1971 contre la tenue du Festival de musique pop d’Aix-en-Provence. Ces propos – par ailleurs prescients du débat contemporain sur le prix des billets et le cachet des artistes – illustrent la rupture adultes/jeunes révélée en France en mai 1968. 

Tandis que les professionnels réunis autour du berceau du Centre National de la Musique lui souhaitent chacun un avenir radieux, sans pour l’instant s’accorder sur le futur métier de l’enfant, il est proposé au lecteur un voyage dans le passé : une tentative de synthèse de 50 ans (1970-2019) de la profession d’entrepreneur de spectacle musical et de variété en France.

La tâche se révèle compliquée : pour les 30 premières années, la mémoire de ce métier n’est faite que des souvenirs des femmes et des hommes qui le composent ; en outre, plus que tout autre secteur de la musique, le spectacle vivant est à la fois acteur des mouvements sociaux et économiques de la société française, et dépendant de ces mêmes mouvements. Humble tentative donc.

Pierre-Marie Bouvery (avocat) et Gilles Lanier (fondateur de vivelaculture.com) nous proposent un voyage dans le passé et nous éclairent sur 50 ans d’histoire du spectacle… passionnant !

Pour consulter le dossier complet :