L'entrevue #5

charlotteguiot-6.jpg

On donne la parole à nos adhérents.
Ce mois-ci, découvrez le portrait de Charlotte Guiot, Directrice générale d'Arachnée Concerts.

L’adaptabilité et la souplesse, qui étaient déjà deux critères importants avant la crise du Covid, nous ont permis de tenir bon. Il va falloir reconquérir nos publics d’hier, construire ceux de demain et pour cela s’adapter en permanence avec nos équipes, partenaires & prestataires.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Votre parcours ?

Je suis co-dirigeante des sociétés Arachnée Concerts & Contremarque Billetterie : promoteur de concerts & spectacles en Auvergne, Rhône Alpes & Occitanie basée à Clermont Ferrand, élue au comité Diffuseurs du PRODISS. J’ai intégré Arachnée Concerts en 2006, lors mes études, et je n’en suis jamais repartie ! Tout d’abord stagiaire puis alternante, j’ai intégré la société "durablement" dans la foulée. Avec mes deux associées (également salariées à l’époque), nous avons racheté les deux sociétés en 2013 à Sony Music France, qui en était alors propriétaire suite au décès en 2006 de Monsieur Pierre-Yves Denizot, fondateur du groupe Arachnée.

Vous vous êtes présentée, lors de l’assemblée générale du PRODISS, sur la liste du président Olivier Darbois, pour rejoindre le Comité Diffuseurs. Pourquoi vous semblait-il important de vous présenter pour ce mandat ?

C’est mon deuxième mandat au sein de comité diffuseurs mais non consécutif. Pendant cette "pause" comité je me suis investie dans le CNV (aujourd’hui Centre national de la musique). Les deux dernières années nous ont tous poussé à nous remettre en question et ont particulièrement mis en valeur l’importance d’un syndicat avec une représentation forte, aussi bien pour ses adhérents que vis-à-vis des pouvoirs publics. Lors de ces périodes d’empêchement j’ai continué ma mission au CNM en faisant partie des commissions de sauvegardes, compensation …  J’ai souhaité faire la passerelle en me projetant de nouveau dans le comité Diffuseurs PRODISS, mission qui me semble importante en tant qu’indépendante.

Si on se projette à la fin de votre mandat en 2024, quel projet/dossier souhaiteriez-vous voir aboutir au sein de votre comité et plus largement au sein du syndicat ? 

Je pense que la billetterie, va être un vrai sujet transversal et son évolution m’intéresse beaucoup. Accroitre la représentation en région, en tant que promoteur local me semble essentiel. J’ai également beaucoup aimé l’idée de l’émergence d’un groupe "jeunes entrepreneurs du PRODISS" qui verra bientôt le jour.

Quels constats tirez-vous pour le secteur suite à la crise de la Covid-19 ? Faut-il repenser nos activités ? Accélérer la transformation déjà en cours ? 

Cette crise nous a imposé une grosse remise en question et nous ne nous sommes pas encore relevés de cette vague tellement inattendue. L’adaptabilité et la souplesse, qui étaient déjà deux critères importants avant la crise du Covid-19, nous ont permis de tenir bon. Il va falloir reconquérir nos publics d’hier, construire ceux de demain et pour cela s’adapter en permanence avec nos équipes, partenaires & prestataires.

 

Le PRODISS en trois mots ?

REPRÉSENTATION – ENGAGEMENT – RÉSEAU

Partager cette page :